tabula-leksey

Le tabula-leksey (« mots du tableau ») est une série très performante de mots-outils, inspirée du tabel-vortoj de l’esperanto.

SENS Interrogatif
(que, quoi)
Démonstratif
(ce, ça)
Indifférencié
(n’importe)
Indéfini
(quelque)
Négatif
(non, rien, aucun)
Collectif
(chaque)
Altérité
(autre)
KI- TI- PY- Y- NEY- OL- AL-
Chose ou
situation
-E kie
(que, quoi)
tie
(cela, ça)
pye
(n’importe quoi,
n’importe quelle chose)
ye
(quelque chose)
neye
(rien, aucune chose)
ole
(tout, chaque chose)
ale
(autre chose)
Déterminant -A kia
(quel, lequel)
tia
(ce, cet,
celui-là)
pya
(n’importe quel,
quelconque)
ya
(un, un certain)
neya
(aucun)
ola
(tous, chaque)
ala
(autre, un autre)
Manière -O kio
(comment)
tio
(ainsi, tellement,
comme ça)
pyo
(n’importe comment,
n’importe quelle manière)
yo
(en quelque sorte,
d’une certaine façon)
neyo
(nullement,
en aucune façon)
olo
(de toute manière)
alo
(autrement)
Raison -AS kias
(pourquoi)
tias
(pour cette raison,
aussi, c’est pourquoi)
pyas
(pour n’importe
quelle raison)
yas
(pour quelque raison,
pour une raison)
neyas
(pour aucune raison)
olas
(pour toute raison)
alas
(pour une autre raison)
Temps -OS kios
(quand)
tios
(alors)
pyos
(n’importe quand)
yos
(un jour, une fois)
neyos
(jamais)
olos
(toujours)
alos
(une autre fois)
Individu -AN kian
(qui, lequel)
tian
(lui, celui-là)
pyan
(n’importe qui,
quiconque)
yan
(quelqu’un)
neyan
(personne)
olan
(tous, chacun
tout le monde)
alan
(quelqu’un d’autre)
Lieu -EN kien
(où)
tien
(là)
pyen
(n’importe où)
yen
(quelque part)
neyen
(nulle part)
olen
(partout)
alen
(ailleurs)
Quantité ou proportion -OM kiom
(combien)
tiom
(tant, autant)
pyom
(n’importe quelle quantité)
yom
(une certaine quantité)
neyom
(rien du tout)
olom
(tout)
alom
(d’une autre quantité)

Les termes en e peuvent exprimer un objet (tie myewi = c’est mou) ou une situation (tie neebli = c’est impossible).

10 commentaires

  • Bravo ! Avoir réconcilié la table des corrélatifs avec les affixes est excellent ! J’ai encore quelques idées de réformes de l’Espéranto dans ce goût-là, tu me motives à les partager, merci !

    • haha merci ! J’ai essayé de tout « réconcilier » en fait, y compris les prépositions, conjonctions, pronoms…
      kien ? me eni tien. en panene.
      (Où ? Je me trouve là. Dans la boulangerie)

      mapa sade (comportement maternel)
      sado a mape (comportement de mère)

      me iti na en tua dome. me iti na en tu domi (Je vais dans ta maison. Je vais là où tu habites)
      cesí tie. cesí, e tu voli. (Prends ça. Prends ce que tu veux)
      cesí tia buke. cesí, a tu voli. (Prends ce livre. Prends celui que tu veux)…

  • kikas?
    J aime bien le aglutinant!
    Mundeze atingas kion mi revis por esperanto.

    Laux mi, tabula-leksey povus ampligxi por enhavi preposiciojn, verbojn kaj adjektivojn.

    kiopi? …

    • Merci !
      Que signifieraient « kikas » et « kiopi »?

    • Mi samrevas por Eo.
      Vi proponas malaperon de la Mz korelativtabelo per gxeneraligxo. Mi kunsentas.

      Kikas signifas ke la tabelo enhavu cxiujn gramatikajn kazojn (morfemoj kaj prepozicioj),
      Kiopi signifas ke la Mz tabelo enhavu la verbojn.

  • Mi proponas ke Mz tabelo enhavu ekvivalentojn de Eo KIA (Mz KIA –> KIU) kaj KIES.

    • La problemo KiaKiu en Eo (sed ankaux utila por Mz) estas konveno marki hxerarkion aux preferencojn inter morfemoj/ radikoj.

      « ne-ebla » donas ekzemplon de konflikto/ambiguo:
      kiu el ili rolas kiel vortkerno? NE aux EBLA?

      pri TIU/TIA.
      kiu el ili rolas kiel vortkerno? TI aux A?

      Solvo por tiu gxenerala problemo?

    • Je préfère limiter l’usage de ces morphèmes à ce tableau, sinon ça deviendrait trop complexe. Si on crée des kikas, kiopi, kiu… autant supprimer kia, puisqu’il ne servirait plus à rien. On pourrait faire des phrases comme kikrome tu masuno ami? (Quelle couleur préfères-tu ?)
      Le kia de l’espéranto se traduit par kia tipe (quelle sorte de) comme en français, et ça fonctionne très bien.
      En ce qui concerne le génitif kies, si je crée un corrélatif du genre, je vais être obligé de le généraliser à tout pour rester fidèle à la logique de la langue. On aurait tie si es me (c’est à moi) ; mees (mon, ma, mes, mien, mienne, miens, miennes)… et je ne suis pas chaud à l’idée de faire une distinction entre mea lerene (mon école / celle que je fréquente) et mees lerene (mon école / celle que je possède)

  • Aldona manko estas kazo efikeca.
    ekz mi proponas KIEF? (kun kiu efiko?).
    Tiu propono utilas samtempe por Eo kaj Mz.

    • Je n’ai pas l’impression que ce serait un corrélatif très productif. Qu’est-ce qu’on gagnerait à dire « kief » plutôt que « kia sae? » (quel effet) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.