Calendrier humain

Le calendrier humain est une proposition de calendrier qui remplacerait celui que nous utilisons actuellement. Le calendrier grégorien est en effet est un vrai foutoir : On passe directement de l’an -1 à l’an 1, du 4 au 15 octobre 1582, des mois de 30 et 31 jours se succèdent aléatoirement sans aucune logique, d’une année à l’autre les dates ne correspondent jamais au même jour de la semaine, septembre est le 9e mois, etc.

Le calendrier humain est un calendrier luni-solaire qui débute à -10 001 AEC (ère Holocène). Le début de cette ère coïncide à peu près avec le début de la sédentarisation de l’Homme, et donc avec le commencement des premières civilisations. Faire commencer le calendrier au début de l’ère Holocène permet d’inclure un an 0 et de dater plus facilement ce qui s’est produit avant Jésus-Christ (dont la date de naissance est d’ailleurs imaginée), tout en lui donnant un caractère relativement neutre. Concrètement, l’année 2012 du calendrier grégorien correspondrait à l’année 12 012 du calendrier humain et Jéricho, l’une des premières villes du monde, aura été peuplée vers 1500 EH (-8500 av. J-C).

Le début de l’année commence l’équivalent du 21 mars (aux alentours de l’équinoxe de printemps dans l’hémisphère nord) et chaque saison correspond toujours à un trimestre (du premier jour du premier mois jusqu’au dernier jour du troisième mois).

Les mois ont été réordonnés et rebaptisés pour leur apporter plus de logique :
1. Primil
2. Segondil
3. Tertil
4. Quartil
5. Quintil
6. Sextil
7. Septembre
8. Octobre
9. Novembre
10. Décembre
11. Oncembre
12. Doucembre

Faire commencer l’année au printemps permet de replacer les mois de septembre, octobre, novembre et décembre en 7e, 8e, 9e et 10e positions.
Les 5e et 6e mois étaient appelés « Quintilis » et « Sextilis » par les Romains avant qu’ils n’aient été renommés selon les empereurs Jules et Auguste, donc la même logique a été utilisée pour nommer le reste des mois.

Ce calendrier comporte 12 mois de 30 jours. Pour arriver à une année de 365 jours on ajoute 1 jour complémentaire après les mois de segondil, tertil, quartil, quintil et sextil. J’ai choisi cette disposition car les saisons n’ont pas des durées rigoureusement égales à 91 jours (le quart d’une année), car la trajectoire de la Terre n’est pas strictement circulaire. La durée des saisons dans l’hémisphère nord est : printemps 92,8 jours, été 93,6 jours, automne 89,8 jours et hiver 89 jours.
Par rapport à une année de 13 mois de 28 jours dont le compte est plus proche de 365 jours, une année de 12 mois de 30 jours présente à la fois à l’avantage de pouvoir être subdivisée en périodes (saisons, semestres, trimestres…), et les mois gardent une durée proche de celle de la lunaison (soit environ 29,5 jours en tenant compte de l’orbite de la Terre). Un mois de 30 jours permet aussi d’en faire une période précise de 5 semaines de 6 jours.

Les jours de la semaine ont d’ailleurs aussi été rebaptisés, comme dans le calendrier républicain, à ceci près qu’il s’agit de sizaines (semaines de 6 jours) et non de décades (semaines de 10 jours) :

1. Primidi (lundi)
2. Duodi (mardi)
3. Tertidi (mercredi)
4. Quartidi (jeudi)
5. Quintidi (vendredi)
6. Sextidi (samedi)

Le fait de garder un nombre précis de 5 sizaines dans chaque mois permet de systématiquement faire correspondre une même date à un même jour de la semaine (le premier jour de chaque mois sera toujours un primidi, par exemple). Une semaine de 6 jours comprenant un weekend de 2 jours est aussi une excellente opportunité pour instaurer une réduction collective du temps de travail (avec embauches compensatoires et sans perte de salaire).

Tous les 4 ans, une année bissextile vient ajouter un 1 jour supplémentaire après le premier mois de l’année (primil), avec une seule exception tous les 128 ans environ, de manière à conserver une moyenne de 365,2422 jours (le temps que met la Terre pour faire le tour du soleil).

 

Modèle de calendrier humain en PDF

8 commentaires

  • Une réforme plus que très hypothétique, mais très ludique à imaginer.

    Début de l’année
    Équinoxe de printemps
    D’après https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quinoxe c’est culturellement une date importante pour beaucoup de cultures traditionnelles de l’hémisphère nord. Un autre choix serait de se rapprocher du calendrier occidental actuel, qui sert de référence de fait, en faisant commencer l’année au solstice de décembre.

    Semaine
    Le calendrier républicain de 1792 avait également voulu s’attaquer aux semaines de 7 jours. Mais le concept de semaine de 7 jours est très ancien, et très universel dans la culture humaine. Même si j’aime bien le concept de ton grand week-end de fin de mois, je préfère le calendrier gaulois ou celui du très positiviste Auguste Compte : treize mois de 28 jours, soit de quatre semaine de sept jours précisément. J’aime bien l’idée de ce mois « intercalaire » qui permet de faire une pause. Mais j’aime surtout l’idée d’avoir des mois réguliers en nombre de jour.

    Nature
    Un calendrier c’est des années solaires et des mois lunaires que l’on a cherché à concilier entre eux. C’est donc une bonne idée de construire le mot mois avec le mot lune… Par ailleurs, certaines cultures nomment les jours de la semaine en fonction des noms de planète : je trouve cela cohérent pour un calendrier poétique, qui veut réconcilier les humains avec la nature, les encourager à éteindre les lumières et aller contempler la lune et les étoiles dehors. On pourrait imaginer de nommer également les mois de manière poétique : il y a sûrement de quoi s’inspirer sur les langues de l’atelier. Ce serait aussi une façon d’apprendre du vocabulaire.

    Réalisme
    Il convient également d’avoir un vrai calendrier, qui puisse servir à communiquer dans la vrai vie 🙂 Peut-être qu’il faudrait distinguer très clairement le nommage des deux calendriers, si on veut pouvoir s’amuser à les utiliser en parallèle ?

    L’an 01
    J’avais pensé faire commencer le calendrier aux débuts supposés de l’écriture, que l’on peut imaginer en -5000 avant JC. Le début de l’écriture, c’est la définition que je connais pour « début de l’histoire ». Mais pour le coup c’est toi qui est plus réaliste : il est plus intuitif d’ajouter 10000 que d’ajouter 5000. J’espère quoi qu’il en soit, qu’il y aura plusieurs propositions, et que les sondages resteront ouvert longtemps. Parce que j’espère bien que quelques milliers d’idéolinguistes débarqueront bientôt ici 😉

    Soon or later, we will have to start to translate… and to ask help to improve our translations.

    • Personnellement je trouve l’adoption d’une LAIC aussi hypothétique (sinon plus) qu’une réforme de ce genre ^^

      * En ce qui concerne les semaines, c’est surtout parce que les semaines étaient trop longues que les décades n’ont pas eu de succès, et moins une question d’habitude. Personnellement, je trouve qu’une semaine de 6 jours a tous les avantages (semaines plus courtes, division plus précise des mois, c’est la moitié de 12, etc.)… mais bon. Remarque, je n’ai pas voulu faire des gros weekends en fin de mois (de la même manière qu’on n’a pas voulu expressément faire des gros mois de 31 jours). C’est juste que pour arriver à 365 jours, il fallait ajouter des jours supplémentaires à 5 ou 6 mois, et que je voulais commencer tous les mois par un lundi.

      * En fait j’avais déjà bossé sur une proposition de calendrier comptant 13 mois de 28 jours, comme tu peux le voir ici : http://www.ideolangues.org/t351-calendrier-hebdomadaire-mensuel-etc#37415
      mais malgré les bons côtés (seulement 1,25 jours de trop par rapport aux 5,25 jours de mon système + maintien de 4 semaines de 7 jours pour un mois), j’ai finalement préféré les mois de 30 jours pour plusieurs raisons :
      – il n’y a aucune raison objective de garder des semaines de 7 jours (si ce n’est que ça représente plus ou moins un quartier de lune)
      – un mois de 30 jours correspond bien plus à une phase lunaire (29,53 jours) que les mois de 28 jours.
      – diviser l’année en 4 trimestres permet de se conformer aux saisons.
      – 12 mois, ça reprend les avantages d’un système duodécimal : on peut diviser l’année en plusieurs périodes. Avec 13 mois, difficile de faire des trimestres pour une année scolaire, par exemple.

      * Cette proposition de réforme ne signifie pas qu’on ne va pas traduire les mois du calendrier grégorien. Je ne m’en suis pas encore chargé, mais tu peux faire des suggestions.

      * En fait, lorsque je parlais de l’histoire, je ne faisais pas allusion à l’Histoire avec un grand H, qui concerne l’écriture du passé. J’en parlais dans un sens plus large, en faisant référence à la période pendant laquelle l’Homme a commencé à influencer son environnement, à modifier ses rapports sociaux.
      De plus, faire commencer le calendrier à -10.000 ça permet aussi de seulement rajouter un 1 devant la date actuelle : 12016, c’est plus facile à assimiler que 7016.

  • Je suis adepte du fonctionnement du calendrier républicain. Depuis plus d’un an, tous les matins, je me dis la date du jour au moyen du calendrier républicain. L’idée des semaines de six jours me semble bien mais j’aime autant les décades.
    Dans la calendrier républicain, j’apprécie aussi le fait que ce sont des objets qui sont attribués à chaque jour, en place des Saints du calendrier grégorien. J’aime aussi le fait que cinq ou six jours n’appartiennent à aucun mois.

    Quant aux noms des mois et des jours, je serais d’avis de les nommer :
    monun, monbi, monter ; diun, dibi, diter et cetera, plutôt que unmon, bimon, termon ; undi, bidi, terdi… car ces derniers peuvent être confondus avec « un mone ; bi die, ter die »… Cela peut créer des malentendus.

    J’ai observé le calendrier humain. J’ai alors vu que les mois à trente et un jours étaient les premiers mois de l’année à partir du deuxième mois. Est-ce justifié ? Selon moi, il serait plus judicieux de choisir que les mois à trente et un jours soient les premiers mois dès le premier.

    • La seule chose que je trouve bien avec les décades, c’est l’idée d’uniformiser tous les systèmes sur une même base (10). Le problème c’est que je n’aime pas particulièrement la base 10.
      En plus c’est vrai qu’une semaine de 10 jours… c’est long !

      J’aime aussi le désir de neutralité culturelle qui a poussé à attribuer des choses concrètes aux jours (au lieu de Saints), mais aussi la logique suivant laquelle ils ont nommé les mois. Le problème étant que ça ne correspond pas du tout à la réalité des autres régions du monde.

      En ce qui concerne ta proposition pour nommer les mois, il y a un petit problème :
      Jusqu’à présent, en mundeze, l’agglutination de 2 radicaux ne se fait pas par hasard.

      Le mundeze est une langue centripète, c’est-à-dire que l’élément déterminant précède le déterminé. C’est le cas pour l’ordre des mots dans une phrase, mais aussi pour la composition lexicale (pour les mots composés de plusieurs lexèmes).

      Source : http://www.mundezo.com/fr/morphologie/#somId2000

      En gros monter / diter, ce serait le nom d’un adjectif numéral : un « trois mensuel » ou un « trois de jour », ce qui ne veut rien dire.
      Vous trouvez qu’il est possible de confondre termon avec ter mono ? Même en tenant compte du contexte ?

      J’ai observé le calendrier humain. J’ai alors vu que les mois à trente et un jours étaient les premiers mois de l’année à partir du deuxième mois. Est-ce justifié ? Selon moi, il serait plus judicieux de choisir que les mois à trente et un jours soient les premiers mois dès le premier.

      La question est très pertinente. En faisant ce calendrier, j’ai réalisé que les saisons ne se valaient pas en termes de jours. En moyenne, le printemps dure 92 jours, l’été 94 jours, l’automne 90 jours et l’hiver 89 jours.
      J’en ai fait un graphique pour que tu vois mieux :

      saisons en nombre de jours

      Si les saisons se valaient, elles devraient durer environ 91 jours. Ça signifie que le printemps a +1 jour, l’été +3, l’automne -1 et l’hiver -2.
      Je me suis donc dit que, logiquement, les mois les plus longs devraient être surtout en été, un peu moins au printemps.
      Étant donné que le pic ne se situe pas dès le début de l’année, il n’était pas pertinent que le premier mois fasse déjà partie des plus longs, alors qu’on sort à peine des petits mois de l’hiver. En effet, si les mois de 31 jours commençaient déjà dès le premier mois, il faudrait que le 3ème mois du printemps compte 30 jours pour coïncider avec le début de l’été.

  • Après la lecture du livre Sapiens, je propose l’idée de faire commencer le calendrier avec la révolution cognitive, c’est à dire environ en -70 000. On connait de mieux en mieux les migrations de l’Homo Sapiens depuis cette date. Ça a été probablement son age d’or, vu que l’agriculture a probablement rendu l’homme plus malheureux pendant quelques millénaires: moins bonne alimentation, travail répétitif, impossibilité de fuir la violence à cause de la sédentarisation…

    On connait de plus en plus d’artefacts artistiques datant de -70 000 à -10 000. C’est aussi la découverte de l’Australie (avec des preuves attestées de commerce maritime entre îles asiatiques) et de l’Amérique, et la première chute massive de la biodiversité due à l’homme, avec la chasse excessive de la fragile méga-faunes menant à son extinction, et les nombreux feux de forêt volontaire pour faire des clairières, sans parler du probable génocide de l’homme de Neandertal… on devrait sans doute se rappeler cette part d’ombre, et inscrire notre parcours sur un temps long, pour être mieux armé de savoir pour l’avenir.

    Bref… Au lieu d’être en 12 018 nous serions en 72 018, ce qui n’est pas plus long à dire et à écrire, du moins pour encore trente mille ans 🙂

    • Un calendrier qui commencerait à -70.000 servirait à dater quoi ?
      L’idée n’est pas d’éviter les dates négatives, mais plutôt de « ne pas couper l’histoire en deux

  • Come je l’ai dit sur le Discord de l’Atelier, voici une proposicion de calendrier complète.

    => Utilisons le calendrier séxagésimal (sexagesimal.org).

    Lire la date doit être aussi simple que lire l’eure. Aussi, puisque le décompte des eures utilise des multiples de 6 (12, 24, 60), le nouveau calendrier utilisera une base similaire, la base sexagésimale (6, 60). Ces deus nombres, 6 et 60, sont remarquables par leur complémentarité (60 = 10 x 6) et leur divisibilité (6 est divisible par 2 et 3, 60 par 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20 et 30).

    L’anée solaire sera donc divisée en six périodes de 60 jours apelées soix. 6 x 60 = 360. Reste 5. Or entre six objets, il y a cinq espaces. Un jour dit jour adventice vient se placer dans chaque espace ou, ce qui revient au même, à la suite de chacun des cinq premiers soix. 360 + 5 = 365. Le compte est bon.

    Pour faciliter la transition entre le calendrier actuel et le calendrier sexagésimal, il serait souhaitable que ce dernier débute le jour du solstice d’iver (dans l’émisfère Nord, d’été dans l’émisfère Sud) exprimé en temps universel.

    A partir de cète date, les six soix se noment respectivement frigée, éclose, florée, granée, récole et caduce. Ces noms, dont l’étimologie latine est transparente, sont inspirés par l’observation du cicle de la végétation dans les climats tempérés.

    Les jours sont numérotés à l’intérieur de chaque soix de 1 à 60. L’anée comence donc le 1er frigée et se termine le 60 caduce. Si le lendemain du 60 caduce ne coïncide pas avec le solstice d’iver (ce qui se produira tous les quatre ans environ), un sixième jour adventice vient se placer à la fin de l’anée, après caduce. Ce sixième jour adventice ou jour sexte done son nom à l’anée de 366 jours: anée sextile.

    Chaque soix est divisé en dix périodes de 6 jours ou sizaines. Ces jours s’apèlent lundi, mardi, mercredi, jeudi vendredi et samedi. Il s’ensuit que tous les soix comencent un lundi et finissent un samedi, et que tous les 2, 8, 14, 20, 26, 32, 38, 44, 50, 56 de chaque soix seront toujours un mardi, quel que soit le soix, quèle que soit l’anée. En bone logique, l’anée sexagésimale compte soixante sizaines. Ce qui se raporte à la sizaine est dit hexomadaire, ce qui se raporte au soix, sexagésimal.

    Viènent ensuite les jours adventices. L’étimologie évoque des aports extérieurs, des objets surnuméraires, des éléments d’apoint. De par leur caractère extra-ordinaire, ces jours seront de préférence fériés, de même que le premier de l’an (jour de l’an) et le jeudi 58 caduce (Jour des Enfants, date intermédiaire entre Saint Nicolas et Noël ouvrant le pont du réveillon). S’inspirant de diverses traditions ces jours se noment respectivement:
    – bacchanal (jour de Bacchus, fête des amoureus, dernier jour du carnaval, corespondant au 19 février actuel),
    – cérès (jour de Cérès dont le nom est aparenté aus mots croissance et création, fête du renouveau de la nature, 21 avril),
    – musica (fête de la musique, 21 juin),
    – liber (jour du livre, fête de l’expression écrite sous toutes ses formes, 21 août),
    – memento mori (jour des morts, fête des ancêtres, 21 octobre),
    – sext (jour sexte revenant tous les quatre ans vers le 21 décembre).

    La transcription des dates en chifres est èle aussi très simple. Deus chifres sont nécessaires pour les jours (01 à 60), un pour les soix (1 à 6) et trois pour les anées, afin d’éviter toute confusion. L’eure étant écrite suivant un ordre décroissant (eures, minutes, secondes), la date suit un ordre semblable: anée, soix, jour. Le premier frigée de l’an 1 sera donc noté: 001.1.01, le 24 granée 147: 147.4.24. Un jour adventice est numéroté come le 61e jour du soix précédent. Par exemple, le bacchanal de l’an 22, plus courament bacchanal 22, sera noté: 022.1.61.

    => Utilisons l’année de comencement en reprenant l’idée de la période géologique de l’olocène, qui en efet comence en -11.700 avant 2000. Cesare Emiliani quand il avait créé le calendrier olocène s’était trompé de 300 ans sur le début de la période, en disant que l’olocène comence en -12.000.
    De plus, cela permet d’éviter que nous soyons en 12024, ce qui change rien aus datations du calendrier géorgien, et donc au caractère euocentré au final.

    l’avantage est que l’olocène est une période géologique globale sur la Terre, qui va permettre avec son réchaufement l’ascension des civilisacions umaines.
    De plus cela permet enfin d’éviter les dates négatives, on aurait une progression linéaire des dates.

    Les dates antérieures resteront exprimées selon les règles de leur calendrier d’origine. Les repères istoriques sont ainsi conservés.

    Nous sommes ainsi le 44 Frigée An 11724 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *