Pronoms

topPronoms personnels

1ère personne
du singulier
me
* bame
* mame
Je, moi
* Moi, je (masculin)
* Moi, je (féminin)
2ème personne
du singulier
tu
* batu
* matu
Tu, toi
* Tu, toi (masculin)
* Tu, toi (féminin)
3ème personne
du singulier
lo
* balo
* malo
Il, elle, lui
* Il, lui
* Elle
1ère personne
du pluriel
mey
* bamey
* mamey
Nous
* Nous (masculin)
* Nous (féminin)
2ème personne
du pluriel
tuy
* batuy
* matuy
Vous
* Vous (masculin)
* Vous (féminin)
3ème personne
du pluriel
loy
* baloy
* maloy
Ils, elles, eux
* Ils, eux
* Elles
Pronom indéfini
neutre
ano * On

* ano n’est jamais employé à la place du pronom « nous »

Il existe aussi un préfixe za- pour le genre non-binaire.
Il est également possible de mettre de la distance avec son interlocuteur, de manière respectueuse, en utilisant dono (madame/monsieur), à la place du pronom personnel. Cet usage n’est toutefois pas recommandé.

Exemples

me lovi tu = Je t’aime
tu lovi lo = Tu l’aimes
balo lovi me = Il m’aime
malo lovi me = Elle m’aime
orelí me = Écoute-moi
ki tu voli longico?bame? = Est-ce que tu veux une robe ? – Moi (masculin) ?
nalcí lo na me = Passe-le-moi
lo kokusti = Il coûte cher
mamey voli sameto = Nous (féminin) voulons l’égalité
ano fi kobona pano en franso = On fait un très bon pain en France
otí loy tien = Mets-les là

Remarque : il est important de rappeler que les pronoms personnels, du singulier comme du pluriel, sont des radicaux. Le y de mey, tuy, loy fait partie du radical et n’est donc pas là en tant que morphème pour marquer le pluriel. Ces choix lexicaux sont mnémotechniques.

topAdjectifs possessifs

Pour créer des adjectifs possessifs ou des adjectifs relatifs aux pronoms personnels, on leur ajoute la terminaison -a de l’adjectif.

  • mea = mon, ma, mes, mien, miens, mienne, miennes
  • tua = ton, ta, tes, tien, tiens, tienne, tiennes
  • loa = son, sa, ses, sien, siens, sienne, siennes
  • meya = nos, notre, nôtre, nôtres
  • tuya = vos, votre, vôtre, vôtres
  • loya = leur, leurs

Exemples

me si tuya amigo = Je suis votre ami(e)
mey si tua amigoy = Nous sommes tes ami(e)s
tia buko si mea = Ce livre est mien / Ce livre est à moi
loa valo je terupisi = Sa valeur a triplé

topPronoms possessifs

Les pronoms possessifs ont la même forme que les adjectifs possessifs.

Exemple

kas tu peli na me tua nomo, me peli na tu mea = Si tu me dis ton nom, je te dirai le mien
si mea lusigo, no tua = C’est mon problème, pas le tien
loa rodji = Le sien est rouge

topRéflexif

Il est possible de transformer un pronom personnel en pronom réfléchi en lui ajoutant le préfixe réflexif mi-, mais ce n’est pas obligatoire. Souvent, le contexte permet de se passer de cet usage.
Le pronom réfléchi renvoie à l’acteur du mot (le plus souvent un groupe verbal) auquel il se rapporte. Dans la grande majorité des cas, cela correspond au sujet de la proposition, et c’est vers celui-ci que renvoie le réfléchi lorsque l’acteur n’est pas mentionné.

Exemple

loy safifi loy = Ils les lavent

loy safifi miloy = Ils lavent eux-mêmes = Ils se lavent
miloy renvoie à l’acteur du verbe safifi (laver) : loy (ils, elles)

lo pediti kon miloa bapo i miloa wawo = Elle se promène avec son propre père (à elle) et son propre chien (à elle)
miloa renvoie à l’acteur du groupe verbal pediti kon (marcher avec) : lo (il, elle)

lo pediti kon miloa bapo i loa wawo = Elle se promène avec son propre père (à elle) et son propre chien (celui de son père, voire de quelqu’un d’autre)

dono pesi na miloa maydano icifi milo = Le monsieur demande à son propre auxiliaire de s’habiller
miloa renvoie à l’acteur du verbe pesi (demander) : dono (monsieur, madame). milo renvoie à l’acteur du verbe icifi (habiller) : maydano (auxiliaire)

dono pesi na miloa maydano icifi lo = Le monsieur demande à son propre auxiliaire de l’habiller
L’auxiliaire doit habiller le monsieur, voire une autre personne.

kenji tsi amo a djemila na milo = Kenji est au courant de l’amour que Djemila se porte à elle-même
milo se rapporte à l’acteur du mot amo (amour). C’est Djemila qui aime, donc milo renvoie à Djemila.

loy lami tem wana nasado na miloya ido = Ils se plaignent du mauvais traitement de leur propre enfant
miloya ne renvoie pas à lami (se plaindre de) puisqu’ils ne se plaignent pas de leur enfant. miloya renvoie à wana nasado (mauvais traitement), mais l’acteur de ce mauvais traitement n’est pas mentionné, donc le pronom réfléchi renvoie au sujet de la proposition : loy (ils, elles, eux)

Remarque : Dans la plupart des cas, il est préférable de joindre le préfixe au verbe transitif / action plutôt que d’utiliser de telles tournures.

Exemple

loy misafifi = Ils/Elles se lavent
dono pesi na loa maydano miicifi = Le monsieur demande à son auxiliaire de s’habiller
kenji tsi miamo a djemila = Kenji est au courant pour l’amour propre de Djemila

topPronoms relatifs

Un pronom relatif permet de se référer à un autre mot pour introduire une nouvelle proposition (qui, que, quoi, dont, où, lequel, comme…). La proposition relative est séparée de la proposition principale par une virgule marquant un léger temps d’arrêt.

  • o = chose ou situation (ce que/qui/dont)
  • a = désignation ou qualité (lequel, celui que/qui/dont ; tel que)
  • e = manière (comme, de la manière dont)
  • en = lieu (là où)
  • es = moment (lorsque, quand)
  • ke = universel

Exemples

cepí, o tu nudi = Prends ce dont tu as besoin
welí, o me voli pravepi = Regarde ce que je veux acheter
welí, a me voli pravepi = Regarde celui que je veux acheter
mato, a me lovi = La femme que j’aime
ano, tem a me peli na tu = La personne dont je te parle
me ami tu, a tu si = Je t’aime tel que tu es
me fi, e me voli = Je fais comme je veux
evo en me jiti = La maison je vis
horo es tu tiiti = L’heure à laquelle tu arrives

Le pronom ke peut-être utilisé à la place de n’importe quel autre pronom, sans nécessairement marquer une pause avant.

Exemples

mato ke me lovi = La femme que j’aime
ano ke me peli na tu = La personne dont je te parle
evo ke me jiti = La maison je vis
horo ke tu tiiti = L’heure à laquelle tu arrives

Dans certains cas, l’utilisation du pronom ke peut prêter à confusion en raison des différentes interprétations possibles, mais le contexte suffit généralement pour comprendre le sens de la phrase.

Exemples

cepí ke tu nudi = Prends ce dont tu as besoin / Prends celui dont tu as besoin / Prends quand tu as besoin.
me fi ke me voli = Je fais ce que je veux / Je fais comme je veux
eno ke me peli = Le lieu dont je parle / Le lieu je parle.
eno ke me ve pravepi = Le lieu je vais acheter / Le lieu que je vais acheter

6 commentaires

  • Intéressante cette mise à jour des pronoms personnels, inspiré peut-être par les débats sur le groupe de discussion « Pandunia » sur Telegram 😉

    Cette évolution montre que l’arwelo évoluera tant qu’il faudra, donc venez participer, et n’imprimez rien 🙂

    On passe donc de

    me
    te
    le / lo

    à

    me
    tu
    lo

    J’ai testé les pronom personnel en « mo tu le », hé bien c’est moins bien, mieux vaut garder « me,tu,lo ».

    Une question. Dans une chanson en arwelo, il y a le texte : « lo si mundo a xaxo. » (c’est un monde de rire). Est-ce qu’on aurait pu dire simplement : « si mundo a xaxo. » comme on a en espéranto « Estas mondo de rido. » ?

    • Oui tu as raison. En fait il serait même plus correct de traduire simplement par « si mundo a xaxo ». Là j’avais rajouté lo juste pour avoir une syllabe en plus afin que ça colle à la mélodie.

  • ha si mundo a xaxo, si mundo a wero
    si mundo a lakro, si mundo a spero
    si tios mey konavi i si horo dutsi
    en tyomundo mey vivi

    meya mundo fe si tyoa
    meya mundo fe si tyoa
    meya mundo fe si tyoa, si tyotyomundo

    ha si sole un mono, i sole un swelo
    lu olan kuxaxo ekwifi belo
    montaro liifi i koseo vasti
    be mundo rife tyoi

    meya mundo fe si tyoa
    meya mundo fe si tyoa
    meya mundo fe si tyoa, si tyotyomundo

  • À propos de la tournure « a u », dans ton dictionnaire tu as :
    a u pron. a u duquel

    On pourrait compléter : duquel (de lequel), desquels, de laquelle, desquelles.

    Je cherche un exemple concret.
    Je vais essayer de traduire les phrases de cette exercice de français:
    https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-56380.php

    C’est une rue au bout de laquelle on voit la mer.

    Si ruto, fine a ke, ano wi maro.

    Et je me demande si on peut aussi traduire par « dont » en français.
    https://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/exercice-francais-105504.php
    Et par « auquel », « à laquelle »… C’est dur le français.

  • Ah oui, tu as raison. J’ai rajouté « de laquelle, desquel(le)s »

    « C’est une rue au bout de laquelle on voit la mer »
    Si ruto en fino a ke ano wi maro

    – « dont », ça pourrait se traduire par a ke, da ke, tem ke, ke
    – « auquel / à laquelle / auxquel(le)s » = na ke

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *