Phonologie

topAlphabet

Le système d’écriture utilisé est l’alphabet latin *, sans le Q.
L’alphabet comporte donc 25 lettres (seules les minuscules sont utilisées, y compris en début de phrase et devant des noms propres) : a, e, o, i, u, y, w, k, c, s, t, f, p, g, j, z, d, v, b, h, l, n, x, r, m

L’ordre des lettres est organisé en groupes :

  • 5 voyelles (a, e, o, i, u)
  • 2 semi-voyelles (y, w)
  • 18 consonnes classées en sourdes (k, c, s, t, f, p), voisées (g, j, z, d, v, b) et celles n’ayant pas d’équivalence sourde/voisée (h, l, n, x, r, m)

Dans chaque groupe, les consonnes sont classées par point d’articulation, des laryngales aux labiales en passant par les dorsales et les coronales. Les lettres ont à peu près toutes le son qu’elles ont dans l’API, à l’exception du y [j], c [ʃ] et j [ʒ].

Lettre API Prononciation Appellation
Voyelles
a /a/ amour a
e /e̞/ essai (entre é et è) e
o /o̞/ odieux o
i /i/ idée (toujours syllabique) i
u /u/ ouvrir u
Semi-voyelles
y /j/ yéti (jamais syllabique comme un i) ya
w /w/ weekend (jamais comme un v) wa
Consonnes sourdes
k /k/ kiwi ka
c /ʃ/ chose ca
s /s/ soleil (jamais comme un z) sa
t /t/ toujours ta
f /f/ facile fa
p /p/ pouvoir pa
Consonnes voisées
g /g/ guerre (toujours dur, jamais comme un j) go
j /ʒ/ jour jo
z /z/ zèbre zo
d /d/ dire do
v /v/ vouloir vo
b /b/ bien bo
Consonnes sans allophone
h /h/ « h » légèrement aspiré (comme « hope » en anglais) ha
l /l/ lumière la
n /n/ nouveau na
x /x/ jota espagnole (Khalid, Bach) xo
r /r/ r roulé ro
m /m/ mère mo

* Le mundezo possède aussi son propre système d’écriture, l’alfaro. C’est une proposition de lettraire dont le but est de rendre l’écriture bien plus cohérente et intuitive.

topDigrammes

Strictement parlant, on peut considérer qu’il y a 4 digrammes :

  • tc, pour noter le phonème [t͡ʃ], comme dans le mot caoutchouc. Exemple : to (humain)
  • ts, pour noter le phonème [t͡s], comme dans le mot tsunami. Exemple : tsi (savoir, connaitre)
  • dj, pour noter le phonème [d͡ʒ], comme dans le mot adjectif. Exemple : rodja (rouge)
  • dz, pour noter le phonème [d͡z], comme dans le mot pizza. Exemple : zidzi (scier)

topNom des lettres

En mundezo, le nom des lettres est évidemment différent de celui en français. Par exemple, le W ne se prononce pas « double-vé », mais « wa ». Voici comment se nomment toutes les lettres :

a, e, o, i, u
ya, wa
ka, ca, sa, ta, fa, pa
go, jo, zo, do, vo, bo
ha, la, na, xo, ro, mo

Certaines se prononcent avec un A, d’autres avec un O. Cette différenciation permet de distinguer les lettres lorsqu’on les épelle. Cela permet d’éviter qu’un T ne soit confondu avec un D, ou qu’un N ne le soit avec un M (ce qui nous oblige souvent à préciser « T comme Tango » ou « N comme Novembre »)

topDiacritiques

Les seules diacritiques utilisées en mundezo sont :

  • l’accent aigu, qui indique l’accent tonique dans les verbes conjugués au jussif

Exemple

peli = parler
pelí = parle

  • et le háček (caron), qui se place sur la voyelle de la syllabe dont le flux est ingressif (inspiré). Il n’est donc utilisé que pour retranscrire des onomatopées dans les récits, bandes dessinées…

Exemples

hǎǎ = effet de surprise
pwě = un bisou
= signe d’agacement
hǐho = cri de l’âne
xǒ fff = ronflement de quelqu’un qui dort

topPrononciation

En mundezo, toutes les lettres se prononcent et s’écrivent comme elles se prononcent (une lettre = un son, un son = une lettre). Ainsi, impossible de faire des fautes d’orthographe. Le son d’une lettre n’est jamais modifié par les lettres voisines, hormis dans quelques cas pour faciliter la prononciation :

  • Si le N précède un K ou un G, il peut être prononcé /ŋ/ (prononciation vélarisée, comme dans « camping ») ou /n/, qu’il soit ou non entre deux racines d’une composition lexicale.
  • Si une consonne voisée précède une consonne sourde, la première peut être assourdie. Si une consonne sourde précède une consonne voisée, la première peut être voisée.
  • On peut prononcer un /o/ ou un /ə/ épenthétique (svarabhaktique) dans le cas où l’on on n’est pas capable de prononcer une suite de consonnes, notamment due à une composition lexicale ; comme en français dans « ours-e brun ».
  • Si le C, le S, le J ou le Z sont précédés d’un T ou d’un D, la prononciation doit être affriquée.

Explication : un son affriqué est composé d’une consonne occlusive (comme le T ou le D) et d’une consonne fricative (comme le S ou le J) produites au même point d’articulation. Par exemple, dans le mot « Tchéquie », le trigramme TCH se prononce en une fois, alors que dans « cette chose » le T se prononce distinctement du CH (la langue se colle bien aux dents pour prononcer le T, avant de reculer pour prononcer le CH). « Jackie Chan » devrait donc être phonétiquement retranscrit « djaki tcan ».

topIntonation

Dans un mot à plusieurs syllabes, l’accent tonique tombe toujours sur la syllabe qui précède la terminaison grammaticale (les syllabes créées par la prononciation d’une voyelle épenthétique ne comptent pas), sauf pour les verbes conjugués au jussif (et pour lesquels l’accent tonique est marqué par un accent aigu sur la terminaison du verbe). L’accent tonique tombe donc généralement sur la dernière syllabe du radical.

Exemples (la syllabe accentuée est celle qui est en gras/soulignée)

  • atci (éternuer) = atc- + -i ➜ la terminaison grammaticale est -i, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant.
  • neyes (jamais) = le radical est neyes- ➜ il n’y a pas de terminaison grammaticale, donc l’intonation tombe sur la dernière syllabe du radical.
  • biunti (vingt) = le radical est biunti- ➜ il n’y a pas de terminaison grammaticale, donc l’intonation tombe sur la dernière syllabe du radical.
  • biuntia (vingtième) = biunti- + -a ➜ la terminaison grammaticale est -a, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant.
  • guli (boire) = gul- + -i ➜ la terminaison grammaticale est -i, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant.
  • gu (bois) ➜ le verbe est conjugué au jussif, donc l’intonation tombe sur la dernière syllabe, celle de la terminaison.
  • reguli (reboire) = regul- + -i ➜ la terminaison grammaticale est -i, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant.
  • gulia (bu) = gul- + -i + -a ➜ la terminaison grammaticale est -a, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant.
  • malo (elle) = le radical est malo- ➜ il n’y a pas de terminaison grammaticale, donc l’intonation tombe sur la dernière syllabe du radical.
  • maloa (son, sa, ses, à elle) = malo- + -a ➜ la terminaison grammaticale est -a, donc l’intonation tombe sur la syllabe d’avant (sur la dernière syllabe du radical).

6 commentaires

  • Pas mal.

    Pourquoi ne pas essayer cette ordre :

    a e o
    i oyo
    u awa

    ko to po | fo so co
    ga da ba | va za ja

    ma na ho
    ra la xo

    Pour moi, c’est plus facile à retenir. Pas seulement à cause du mot kotopo en espéranto, de la séparation en groupe de trois, et de la distinction entre occlusives et fricatives, mais aussi du fait du nouveau rythme donné par cette succession de sonorité.

    Même si on perd ta trouvaille de départ : partir du point d’appuie de la langue le plus en arrière de la bouche, pour arriver progressivement au point d’appui le plus en avant.

  • C’est pas faux.
    D’où l’intérêt, peut-être, ou pas, de les rapprocher, pour bien s’entraîner à faire la différence.

    C’est sympa ce petit forum de blog.

    Je vais tester aussi reddit.com
    Je crois que je commence à comprendre comment ça marche. Le côté classement et arborescence des discussions doit en théorie permettre de gagner en clarté.

    Pour l’instant, je ne peux pas créer de communauté subreddit parce que je n’ai pas assez de points de karma.
    Mais je peux soumettre des liens et textes dans le subreddit auxlang.
    https://www.reddit.com/r/auxlangs/comments/6zn9n9/comparing_mondlango_fasile21_and_arwelo/

  • Je ne sais pas ce que tu entends par « les rapprocher », mais moi je pensais juste à utiliser une voyelle différente au sein de chaque paire.
    Si, pour épeler MRH, je dis maraho, il y a de fortes chances que tu te trompes sur au moins une des lettres, surtout au téléphone, d’où l’idée de faire na/mo, la/ro et ha/xo

  • Réciter l’alphabet pour l’apprendre, seul ou dans le calme d’une classe studieuse qui écoute attentivement, c’est un contexte en tout point opposé à une conversation téléphonique.

    Si par contre on doit épeler son nom de famille au téléphone quand il y a du vent, ou à un guichet bruyant, ou le crier à quelqu’un de l’autre côté d’une frontière quand on est réfugié, on risque encore de confondre beaucoup de lettre.

    a, e, o, i, u
    ya, wa
    ka, ca, sa, ta, fa, pa
    go, jo, zo, do, vo, bo
    ha, la, na, xo, ro, mo

    Par exemple sa et fa. Le système, tel qu’il est, est déjà génial de ce côté. D’autres idéolangues avaient eu cette idée, je ne me rappelle plus lesquelles. On doit pouvoir l’améliorer encore. Par exemple :

    a-alfo,
    e-alfo
    o-alfo
    i-alfo
    u-alfo

    ya-alfo
    wa-alfo

    ka-alfo
    ca-alfo
    asa-alfo
    … ta, fa, pa

    go-alfo
    jo-alfo
    ozo-alfo
    … do, vo, bo

    oha-alfo
    ala-alfo
    na-alfo

    axo-alfo
    oro-alfo
    mo-alfo

    Oh non non non. Ça compliquerait trop l’apprentissage.

  • « Le système, tel qu’il est, est déjà génial de ce côté. D’autres idéolangues avaient eu cette idée, je ne me rappelle plus lesquelles. »

    Je ne connais qu’une seule idéolangue pour laquelle il existe un tel système, et je l’ai découvert tout récemment, comme je l’ai écrit ici : http://www.ideolangues.org/t2025p25-noms-des-lettres-de-l-alphabet#124622

    Il s’agit d’un système alternatif pour l’Esperanto, presque identique à celui que j’ai créé pour le mundezo (celui que Gaston Waringhien a proposé en 1951 dans la revue Esperanto) : https://eo.wikipedia.org/wiki/Esperanta_alfabeto#Alternativaj_nomsistemoj

    a, ba, co, ĉo, da, e, fo, ga, ĝa, ha, ĥo, i, jo, ĵa, ko, lo, mo, na, o, po, ra, so, ŝo, to, u, ŭo, va, za

    Ce qui serait possible aussi, c’est d’utiliser les 5 voyelles toujours dans le même ordre :

    a, e, o, i, u ; ya, we ; ko, ci, su, ta, fe, po ; gi, ju, za, de, vo, bi ; hu, la, ne, xo, ri, mu

    …mais je préfère le système actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *