Origine des mots

 

À la façon de l’espéranto, le mundezo utilise un système régulier et extrêmement productif grâce auquel, par composition lexicale et l’utilisation judicieuse d’affixes, le vocabulaire de base indispensable à la communication se trouve drastiquement réduit. À base d’un radical, on peut déduire l’équivalent de dix mots dans une langue nationale.

Pour créer du vocabulaire inexistant en mundezo, voici comment on procède :

topOnomatopées

La première étape consiste à se demander si une onomatopée pourrait servir de base pour sa création.
Pourquoi une onomatopée ? Parce qu’elles sont bien plus universelles et faciles à retenir que n’importe quel autre radical. À l’échelle mondiale, on trouvera donc bien plus de points communs entre les onomatopées qu’entre les autres mots.

Certains mots comme nyami (manger), atci (éternuer) ou myawo (chat) viennent d’onomatopées incontestablement universelles, puisqu’elles sont reconnaissables quasiment dans le monde entier, ce qui en fait des mots extrêmement faciles à apprendre et à comprendre sans même les avoir appris.
D’autres onomatopées, en revanche, se ressemblent beaucoup moins selon la langue d’origine, mais on utilise toujours le même mode d’articulation pour retranscrire ces sons. Par exemple, l’éclatement (poho en mundezo) utilise toujours une occlusive (le plus souvent bilabiale comme le P) et le bruit du vent (fufo) est toujours retranscrit par une fricative (ffiuu, wush…).

topComposition lexicale

Lorsqu’aucune onomatopée n’existe ou ne convient pour traduire un mot, on cherche des morphèmes déjà existants dont l’assemblage permettrait d’exprimer le sens souhaité. Un lit (gofilo), par exemple, est composé du verbe onomatopéique gofi pour « dormir » (ggoo ingressif + fffi égressif) avec la racine suffixale -ilo, qui signifie « outil, ustensile pour ».

topA priori

Certains mots sont créés a priori afin de faciliter la composition lexicale.
C’est le cas de obo (arbre), po (parent), oyo (chose concrète), iro (appareil)… ou des verbes très courants comme ci (tenir), wi (voir)… et de tous les autres mots qui en sont dérivés.

topA posteriori

Les autres mots sont puisés dans le vocabulaire de langues existantes, en privilégiant les mots les plus facilement reconnaissables internationalement, ou en puisant dans les langues familières à la chose/concept que l’on nomme, ou à défaut dans les langues indo-européennes. On évite malgré tout les emprunts qui comptent trop de syllabes, ou ceux qui contiennent des suites de consonnes difficiles à prononcer.

Pourquoi favoriser les langues indo-européennes ?
Si certaines langues auxiliaires choisissent, tout à leur honneur, de puiser équitablement leur vocabulaire dans différentes langues du monde par souci de neutralité, le mundezo poursuit plutôt l’objectif pragmatique d’être le plus facilement reconnaissable possible dans le monde.

À titre de comparaison, les langues auxiliaires dont le vocabulaire est le plus neutre sont les langues a priori, mais un vocabulaire totalement neutre permet juste de rendre le vocabulaire équitablement difficile à apprendre pour tous. Si on considère qu’une langue dont le vocabulaire est uniquement basé sur le français désavantagerait tous ceux qui ne parlent pas le français, cela signifie qu’une langue dont le vocabulaire ne provient de nulle part désavantagerait tout le monde.

Si une langue contient 10% de mots d’origine turque, cela signifie que les Turcs (qui représentent 1/100e de la population mondiale) pourront comprendre 10% du vocabulaire. Ils n’iront malheureusement pas bien loin avec ça…
De plus, même s’il est vrai que la langue maternelle qui compte le plus de locuteurs est le mandarin, les syllabes qui constituent les mots des langues chinoises sont indissociables des tons, et un Chinois aura beaucoup de mal à reconnaitre un mot d’origine chinoise au milieu d’une phrase.
En revanche, les langues indo-européennes étant parlées par la moitié de la planète, la possibilité pour un individu quelconque de reconnaitre une racine issue de cette famille est déjà beaucoup plus grande.

Nous pensons donc qu’une langue internationale devrait puiser son vocabulaire un peu partout, mais pas au hasard. Il devrait choisir ses sources afin d’être le plus reconnaissable possible par le plus grand nombre de personnes possible. En effet, suivant cette logique, la plupart du vocabulaire sera indo-européen, et principalement d’origine gréco-latine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.